Informatique IDC fête ses 30 ans à votre service

Le 20 avril dernier, Informatique IDC fêtait son 30e anniversaire. Pour l’occasion, nous avons réuni près d’une centaine de clients, amis, famille, employés, collaborateurs et anciens employés lors d’une soirée remémorant 30 années d’histoire et d’innovation.

Informatique IDC fut fondée par Jean-Luc Tremblay en 1987. Les lettres IDC signifient : Implantation, Développement et Conseil.

Des débuts prometteurs pour Informatique IDC

À l’origine, l’entreprise vendait des ordinateurs PC 386 équipés d’un écran monochrome vert, pourvus d’un système d’exploitation Microsoft DOS et accompagnés d’une imprimante matricielle. Le tout pour une modique somme de plus de 3000$! La situation a beaucoup évolué avec les années, quand on pense qu’en 2017, un ordinateur portable de qualité est disponible pour environ 600$.

Au début des années 2000, avec le programme gouvernemental « Branchez les familles », Informatique IDC a connecté plus de 3000 résidences à Internet. On parle ici d’une connexion Internet par modem 56k, laquelle émettait une tonalité particulière. Vous en souvenez-vous?

Comme vous pouvez le constater, le domaine des technologies de l’information a subi des changements continuels au cours des 30 dernières années. Informatique IDC a su s’adapter en ajoutant régulièrement de nouvelles solutions à son portfolio, afin d’offrir une qualité de service à la clientèle toujours grandissante et de demeurer une référence dans le domaine de l’informatique.

Au fil des années, l’entreprise a déménagé plusieurs fois ses locaux, pour finalement se fixer au 426-A 4e avenue, La Pocatière.

Un nouvel acquéreur, mais toujours le même service

L’année 2013 marque l’acquisition d’Informatique IDC par Hugo Dubé de Servlinks Communication.

En 2015, avec une demande croissante dans le secteur de Montmagny, l’entreprise ouvre un bureau qui est toujours situé au 6, rue St-Jean-Baptiste, bureau de la MRC.

Aujourd’hui, Informatique IDC et Servlinks Communication réunissent plus de 30 employés expérimentés répartis dans différents points de service situés de Montmagny jusqu’à Rimouski.

Au fil de ses 30 années d’histoire, Informatique IDC a développé une solide expertise dans son domaine. Voici les différentes solutions où nous excellons :

  • Informatique résidentielle et commerciale (vente et service),
  • Programmation applicative,
  • Conception de site web et communication marketing,
  • Hébergement de site web et Cloud Computing (infonuagique).

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter, nous sommes à votre service depuis 30 ans!

Hugo Dubé
Président, Informatique IDC
info@informatiqueidc.com

 

VOS DONNÉES ONT-ELLES ÉTÉ LA CIBLE DE LA DERNIÈRE CYBERATTAQUE D’ENVERGURE MONDIALE ?

Le 12 mai dernier, la cyberattaque d’un virus de type « rançongiciel » appelée « WannaCry » s’est rapidement répandue à travers le monde, à une échelle et à une vitesse encore jamais vues.

Wanacry

Quand ce virus attaque l’ordinateur d’un utilisateur, il encrypte tous les fichiers, en les bloquant et en les rendant inaccessibles pour l’utilisateur. Une rançon est alors demandée sous forme de monnaie virtuelle (Bitcoin) en échange de la restauration des fichiers.

Vos données valent leur pesant d’or

Le prix pour redonner l’accès aux données et à l’ordinateur augmente avec le temps. Si le paiement n’est pas effectué à l’intérieur du délai, les données sont rendues inaccessibles de manière permanente.

Cette attaque est distinctive de par sa portée et de par la complexité du logiciel malveillant utilisé. Cette attaque a touché 190 pays à l’échelle mondiale et a causé des ravages à de nombreuses entreprises, grandes et moins grandes.

Il est à noter que tout ordinateur dont le système d’exploitation Windows n’est pas à jour est vulnérable face à cette attaque malveillante.

Ces incidents, qui n’iront pas en diminuant, nous rappellent l’importance de la sécurité informatique au sein de nos entreprises et de la mise en place d’une solution sécuritaire pour les sauvegardes et la relève.

Eset à la rescousse

À noter qu’Eset, notre solution privilégiée en matière de sécurité informatique, a été l’un des premiers produits sur le marché à détecter cette menace.

Le produit « Endpoint Security » de Eset possède un module spécial qui protège l’ordinateur contre ce type de menace.

Si vous avez des questionnements à ce sujet ou si vous avez besoin d’aide à ce niveau, nous vous invitons à nous contacter.

Pierre-Luc Beaulieu, Directeur des comptes
Servlinks Communication

 

Google augmente ses règles de sécurités

Le fureteur internet le plus utilisé sur la planète (55% de part de marché en 2016) offre depuis le 25 janvier sa 56ième mise à jour.

Quelques jours seulement après la mise à jour de Firefox, Chrome vient confirmer les changements qui vont s’opérer sur le web pour les prochains mois. En plus de permettre la lecture des fichiers FLAC et d’optimiser le rendu des médias en HTML5, les deux fureteurs ont pris la décision d’emboiter le pas vers les connexions sécurisées.

Pour tous les sites qui collectent des données (connexion à l’aide d’un mot de passe, transmission de numéro de carte de crédit, formulaires de contact, voir même certains cookies), Chrome et Firefox s’assureront que les sites web seront hébergés de manière sécuritaire. Le site devra donc porter la mention HTTPS:// et avoir un certificat SSL, faute de quoi la mention « CONNEXION NON SÉCURISÉE » sera apparente et un menu en point d’exclamation ( ! ) s’affichera à la gauche de la barre de recherche.

Chrome Securites Servlinks

Google et Mozilla, tous deux créateurs de fureteurs internet, s’entendent pour dire que cet avertissement n’est qu’une première étape vers l’augmentation de la sécurité du web. Les tests préliminaires laissent entrevoir que les messages qui sont présentement en place pourraient changer de ton et devenir un peu plus agressifs. La version bêta de Chrome laissait entrevoir la possibilité d’avoir un rectangle rouge avec la mention « CONNEXION NON SÉCURISÉE » s’affichant à droite de la barre de recherche.

Qu’est-ce que le SSL

Certificat vendu par une tierce partie permettant d’ajouter une couche de validation supplémentaire sur les serveurs et domaines. Cette étape de confirmation permet de réduire les messages d’erreurs et valide l’authenticité et le maintien de votre hébergement.

Dans les dernières années, le SSL s’est démocratisé. Il n’est plus seulement réservé aux banques et aux sites transactionnels. Il est même souhaitable que votre site web, que vos solutions de courriels, et que vos services cloud soient protégés par un tel protocole. Tranquillité d’esprit et sécurité des données vous sont offertes grâce à la mise en place d’un certificat SSL.

Jean-François Dumais

Directeur développement logiciel

www.servlinks.com

 

L’agriculture peut-elle être à la fine pointe de la technologie?

L’agriculture peut-elle être à la fine pointe de la technologie?

La majorité des gens pensent que l’agriculture n’a pas évolué en termes d’utilisation de la technologie depuis plusieurs années.  Bien que ce soit un métier de type traditionnel, il y a eu une évolution assez marquée au niveau technologique.

En 2016, les tracteurs sont à la fine pointe de la technologie avec air climatisé, radio satellite, banc chauffant et plus encore…  Tellement « hi-tech » que cela pourrait faire rougir de honte votre petite berline 4 portes.  Même chose pour les fermes qui sont de plus en plus équipées de robots.  Que ce soit pour la traite ou pour la distribution de la nourriture, la technologie est omniprésente.

Comme vous vous en doutez, cet article ne traitera pas des nouveaux procédés de l’agriculture, mais plutôt : est-il possible d’avoir de l’informatique dans ce type d’entreprise ?

La réponse est très simple : OUI.  Voici quelques exemples d’utilisation de l’informatique en agriculture.

Caméras de surveillance

Une des premières utilisations de l’informatique dans le domaine de l’agriculture est pour les systèmes de caméras de surveillance.  Très utiles contre le vol mais de plus en plus utilisées pour :

  • Visualiser les animaux en temps réel,
  • Voir la progression des récoltes,
  • Consulter l’état du bétail dans un champ,
  • Et plus encore

Ubiquiti camera

Si l’agriculteur possède un téléphone intelligent (iPhone ou Android), il peut même regarder les caméras à distance sur celui-ci.  Il est possible aussi d’avoir un enregistreur afin de conserver des informations.

La technologie permet aujourd’hui de pouvoir avoir du son et il est même possible de parler via un micro.

Couverture des bâtiments pour avoir accès au réseau et à Internet

Il est très simple aujourd’hui de relier la maison et tous les autres bâtiments afin de donner accès au réseau et à Internet à l’ensemble de ceux-ci.

Il est même possible de faire cette couverture via un lien sans-fil.  Aucun câble à passer sous terre ou même dans les airs.  Le prix pour la technologie sans-fil est abordable et cette technologie est très fiable, même en cas de pluie ou de neige.

Ubiquiti nanostation m5

De la maison, vous pouvez aller consulter vos automates, robots ou autres appareils afin d’obtenir l’information dont vous avez besoin.  Toujours si vous avez un téléphone intelligent, vous pouvez consulter ces informations via celui-ci peu importe où vous vous trouvez.

Réseau sans-fil

Il est possible d’avoir un réseau sans-fil qui couvre la totalité de votre ferme et même de votre cour extérieure.

unifi-uap-lr1_min

Il existe des équipements robustes qui fonctionnent très bien dans des environnements hostiles tels que :

  • Poussière,
  • Froid,
  • Humidité,

AP Outdoor

Ces équipements sont très faciles d’entretien et de maintenance.

Internet cellulaire LTE ou satellite

Ce n’est pas une nouveauté, mais partout où vous êtes avec un téléphone intelligent, il est possible d’utiliser Internet.  Il est possible, à partir de votre téléphone, de partager la connexion Internet avec votre ordinateur portable afin de donner accès à celui-ci.

De plus, si vous avez des équipements ou un bâtiment que vous désirez monitorer et qui sont hors de portée de votre réseau sans-fil, il est maintenant possible de mettre un modem cellulaire afin de pouvoir lui donner accès à Internet, pour ensuite pouvoir se connecter afin d’aller chercher l’information voulue.  Il est possible de faire la même chose avec la technologie satellite dans les endroits où le cellulaire n’est pas disponible.

Administration

Que ce soit pour faire la comptabilité, la navigation Internet ou même les emails, l’informatique est présente partout au niveau de l’administration d’une entreprise agricole.

Conclusion

Ces cinq exemples sont très simples mais démontrent très bien l’utilisation de l’informatique dans le domaine de l’agriculture.  Chez Servlinks Communication, nous sommes spécialistes dans tous ces domaines et nous pouvons vous aider à rendre votre travail plus simple à l’aide de la technologie.

Hugo Dubé

Président, Servlinks Communication

www.servlinks.com

Sauvegarde : le geste indispensable

Sauvegarde : le geste indispensable

Une mauvaise manipulation, une panne ou une infection virus : les fichiers informatiques peuvent être facilement perdus. La sauvegarde des données permet d’éviter les scénarios catastrophes.

La sauvegarde de données : en quoi consiste-elle ?

On n’y pense généralement que lorsqu’il est trop tard : la sauvegarde des données n’est pas encore un réflexe pour les utilisateurs. Selon une étude menée, près de la moitié des particuliers ont déjà été victimes d’une perte de données importantes due à une mauvaise manipulation, une panne ou un virus, car ils n’avaient prévu aucun dispositif de sauvegarde. Les risques sont encore plus élevés pour les entreprises. La plupart des utilisateurs se rendent compte de l’importance de la sauvegarde dans ces moments catastrophes et ne savent pas comment et par quels moyens y procéder. Quelques repères sur ce geste indispensable pour protéger les données.

« Ne pas mettre tous les œufs dans le même panier » : l’expression résume le principe même de la sauvegarde. Il s’agit de copier la totalité ou une partie des données se trouvant sur un support (un disque dur, par exemple) sur un deuxième support pour avoir une copie de secours en cas d’incident. Cette « copie » ou « miroir » des fichiers peut aussi se faire sans support extérieur, c’est-à-dire dans une autre partition du même disque dur. Mais c’est une solution risquée, car elle est inefficace en cas de problème majeur du disque dur.

Pourquoi faire une sauvegarde ?

Les fichiers informatiques sont des créatures fragiles : une mauvaise manipulation, un problème logiciel ou un arrêt brutal de l’ordinateur peuvent suffire à les endommager et à les rendre illisibles. Autres risques qui les guettent : les virus, les vers et les Troyens. Ces codes malicieux peuvent provoquer des dégâts irréparables. Certains essaieront même de formater le disque dur. Se protéger de ces attaques externes ne suffit pas pour écarter ces risques. Selon une étude, 39 % des cas de pertes de données sont liés à une erreur humaine. Supprimer un fichier par erreur, quitter un logiciel sans enregistrer les modifications, oublier un mot de passe : rien de plus facile que de perdre un fichier important.

Les risques sont plus grands si vous utilisez votre PC comme outil de travail. Mais pas besoin d’avoir sur votre ordinateur des contrats, des factures ou des documents confidentiels pour s’inquiéter du sort de vos fichiers. Les devoirs de vos enfants, vos courriels, vos photos de vacances ou encore des centaines de MP3 téléchargés pendant des heures sur Internet sont aussi des données que vous regretterez d’avoir perdues.

La sauvegarde sur des supports amovibles donne aussi la possibilité de se déplacer avec ses données. Autre raison pour procéder à une sauvegarde : avant des opérations délicates, comme la modification de la base de registres, il est conseillé d’assurer un moyen de secours. La sauvegarde permet de revenir en arrière si l’opération ne donne pas les résultats prévus.

Quand et comment faut-il sauvegarder ?

Si l’utilisateur travaille sur plusieurs fichiers par jour, une sauvegarde quotidienne peut être une solution adaptée. Il n’a pas besoin de faire une sauvegarde complète (de tous les fichiers) tous les soirs, il peut aussi choisir « une sauvegarde incrémentielle » (uniquement des modifications de fichiers). Autre possibilité : faire uniquement une copie des éléments considérés comme les plus importants, comme la boîte aux lettres, le carnet d’adresses, les documents de travail, les paramètres système, les modèles personnalisés ou les dictionnaires spécifiques pour les applications Microsoft Office.

Il existe également des logiciels de sauvegarde qui créent automatiquement une image du disque dur et qui permettent de retrouver facilement des fichiers effacés. Ils permettent d’automatiser les sauvegardes pour ne plus laisser aucune place à la négligence.

Chez Servlinks Communication, nous suggérons l’utilisation du logiciel Veeam, afin de sécuriser vos données. Veeam convient à tous les scénarios de sauvegardes (serveurs, postes de travail, image complète du disque dur, fichiers seulement, etc.), mais il est surtout adapté pour les PME et les grandes entreprises.

Veeam

Pour les bureaux à domicile et les petites entreprises, nous offrons également le service de sauvegarde des données en ligne. C’est un logiciel qui envoi vos données sur Internet, dans une voûte sécurisée et encryptée, et vous pouvez y avoir accès en cas de perte de données. L’avantage de cette solution est de ne pas nécessiter de supports externes (clés USB ou disques durs externes) pour recevoir vos données. Dès que votre ordinateur a accès à Internet, la sauvegarde fonctionnera.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à contacter nos conseillers qui sauront vous accompagner afin de s’assurer que votre solution de sauvegarde est adéquate !

Pierre-Luc Beaulieu

Directeur de compte, Informatique IDC

Dois-je faire la mise à jour de Windows 10 sur mon ordinateur?

 

Microsoft offre gratuitement la mise à jour de la dernière version de son système d’exploitation Windows 10.  Il est très rare de voir Microsoft offrir un produit gratuit.  Plusieurs personnes nous demandent ce qu’ils doivent faire lorsque l’ordinateur leur suggère de faire la mise à jour vers ce nouveau système d’exploitation.

Nous constatons que les ordinateurs fonctionnant sous Windows 7 ou Windows 8.1 se voient imposer la mise à jour vers Windows 10. Ainsi, plusieurs ordinateurs installent automatiquement la mise à jour dès un arrêt ou un redémarrage. Régulièrement après une mise à jour vers Windows 10, l’ordinateur ne redémarre pas correctement ou des périphériques ne sont plus reconnus, exemple votre carte réseau. Windows 10 n’est pas une mauvaise version de Windows en soi, mais n’est pas recommandé dans tous les cas.

Voici donc nos recommandations à ce sujet.

  1. Si votre ordinateur fonctionne bien sous Windows 7, nous vous conseillons de ne pas effectuer la mise à jour. Pour éviter que votre ordinateur se voit imposer la mise à jour vers Windows 10, nous vous conseillons de télécharger l’outil au servlinks.com/bloquer-windows10 et de l’exécuter. Vous aurez ainsi l’option de bloquer complètement la mise à jour de Windows 10. Si vous désirez quand même faire la mise à jour vers Windows 10, nous vous conseillons de vérifier au préalable avec notre service technique chez Servlinks Communication.
  1. Si votre ordinateur fonctionne sous Windows 8 ou 8.1, nous vous conseillons de laisser la mise à jour s’effectuer, car Windows 8 et Windows 10 se ressemblent beaucoup et Windows 10 améliore plusieurs facettes de Windows 8. Par contre, si vous n’êtes pas un professionnel en informatique ou pas familier avec ce type de mise à jour, nous vous conseillons de prendre rendez-vous avec notre service technique afin d’effectuer la mise à jour pour vous. Cela évitera que votre ordinateur ne soit pas opérationnel suite à une incompatibilité.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à communiquer avec notre département technique si vous avez besoin d’assistance.

 

Hugo Dubé

Président, Servlinks Communication

www.servlinks.com

LES « RANÇONGICIELS », LA NOUVELLE ARNAQUE DU WEB!

LES « RANÇONGICIELS », LA NOUVELLE ARNAQUE DU WEB

Depuis 2012, un type de virus a fait un grand retour sur le web causant des maux de tête à plusieurs utilisateurs et entreprises, les « rançongiciels ».

Ce type de virus bloque l’accès à l’ordinateur ou crypte les données accessibles par le système infecté. Une fois le virus bien installé dans le système, les pirates demandent une rançon afin de redonner l’accès à l’ordinateur ou aux fichiers cryptés.

Fenêtre crypto 1

Le plus souvent, le virus proviendra d’un lien ou d’une pièce jointe dans un courriel frauduleux, mais, on peut aussi le retrouver dans des logiciels piratés ou certains sites Web infectés et des images ou bannières publicitaires truquées. Le « rançongiciel » est généralement plus présent sur PC, mais depuis quelque temps, on peut lire que même les utilisateurs Mac et Android peuvent être infectés.

En cas d’infection, il faut en premier lieu, identifier le poste infecté et le nettoyer afin d’arrêter l’action du virus. Par la suite, il faut effacer les données cryptées et faire une restauration de la dernière sauvegarde valide. En théorie, il est conseillé de ne pas payer, car vous n’êtes pas certain que les pirates vous rendront vraiment l’accès et, s’ils le font, ils peuvent toujours récidiver plus tard.

Dû au fait que le virus est activé par l’utilisateur, même la meilleure protection antivirus est limitée au niveau de la protection qu’il peut vous offrir. En entreprise, il existe des solutions de protection pouvant être installée sur les serveurs permettant de bloquer l’accès à un utilisateur lorsqu’il est infecté, réduisant donc les dommages du virus. La meilleure façon de vous protéger est d’examiner les courriels avant de cliquer sur un lien ou d’ouvrir une pièce jointe et d’effectuer régulièrement une copie de sauvegarde de vos fichiers importants. Une copie de sauvegarde doit idéalement être effectuée sur un périphérique externe ou à l’aide d’un service de sauvegarde en ligne.

Fenêtre crypto

En conclusion, assurez-vous toujours de la validité d’un courriel, d’un site web ou d’un lien avant de cliquer sur celui-ci. Prenez des sauvegardes régulièrement et assurez-vous du bon fonctionnement de ceux-ci. Dans le cas d’une infection, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels afin d’effectuer un nettoyage complet.

Michael Dionne

Directeur informatique, Servlinks Communication

www.servlinks.com

Comment choisir son ordinateur en 7 étapes faciles !

Comment choisir son ordinateur en 7 étapes faciles !

Pour un expert en informatique, cela est très simple, mais pour un utilisateur normal, il est facile de s’y perdre.  Plusieurs marques sont disponibles :  Dell, Lenovo, Asus, HP et plusieurs autres !

Lenovo yoga

1-     Portable ou tour

De nos jours, le prix d’un portable est sensiblement le même qu’une tour.  Même qu’un portable revient parfois moins cher, car dans le cas d’une tour, il est obligatoire d’avoir un écran, un clavier et une souris.  Le portable a plusieurs avantages dont : réseau sans-fil, webcam et facilité de transport.

2-     Processeur

Le choix d’un processeur Intel est recommandé.  Le processeur est équivalent à un moteur dans votre voiture. Voici une charte pour y voir clair avec les modèles.

Type de processeur Utilisation
Intel i3 Bureautique et Internet
Intel i5 Jeux familiaux, utilisateur multimédia et multitâches
Intel i7 Jeux, concepteur multimédia, graphiste et dessin
Xeon Serveur et 3D

3-     Mémoire vive

De nos jours, il est recommandé d’avoir plus de 4 Go de mémoire vive.  La tendance est vers le 6 à 8 Go pour avoir une meilleure expérience avec Windows 10 et les autres applications actuelles.

Portable Asus K555

4-     Disque dur

Deux types de disques sont disponibles : SSD et le disque dur traditionnel.  Le SSD est très rapide.  C’est ce qu’on voit dans les tablettes ou les ordinateurs de performance.  Le démarrage de votre ordinateur est immédiat ainsi que les traitements.  Pour ce qui est de la taille, les disques SSD d’environ 240 GB et 480 GB sont la norme actuellement. Dans le cas d’un disque traditionnel, la norme pour la taille du disque se situe entre 500 GB et 1TB.  En entreprise, cela peut être moins car les données sont normalement sur les serveurs.

5-     Système d’exploitation

Pour une utilisation résidentielle, Windows 10 est le plus récent et il est très fiable et performant.  Si votre ordinateur est suffisamment performant pour le faire fonctionner, vous ne devriez avoir aucune crainte de l’utiliser. En entreprise, nous vous suggérons de vérifier la compatibilité de vos logiciels auparavant, afin d’adapter le système d’exploitation en conséquence.

6-     Garantie

La garantie minimale recommandée est d’un an pour une utilisation résidentielle et de 3 ans pour les entreprises.  Le manufacturier Asus offre une garantie accidentelle sur certains modèles.  Lors d’un bris accidentel (Exemple : un ordinateur qui est tombé par terre et l’écran est brisé), il est possible d’avoir une réparation sans frais.

Tour Lenovo Tiny

7-     Autres éléments

  • Les cartes vidéo et audio sont maintenant intégrées sur la carte mère de l’ordinateur. Si vous avez besoin de performances, choisir des cartes dédiées.
  • Lecteur/Graveur CD/DVD est la norme, mais la tendance des ordinateurs de plus en plus minces force les manufacturiers à enlever ce lecteur/graveur sur leurs produits.
  • Il est important d’avoir un antivirus. Nous vous recommandons Eset Nod32
  • Toujours avoir des logiciels légaux.
  • Lors d’un achat, il faut prévoir le transfert des données et le temps de mise à jour et d’installation des logiciels.
  • Un ordinateur de moins de 600$ est habituellement de mauvaise qualité, et ce, peu importe le manufacturier.

Conclusion

Il est important de bien connaître son utilisation et ses besoins afin d’être en mesure de choisir le bon ordinateur.

Dans le doute, informez-vous auprès d’un conseiller de Servlinks Communication.

Hugo Dubé

Président, Servlinks Communication

www.servlinks.com

Comment choisir son serveur en 7 étapes faciles !

Comment choisir son serveur en 7 étapes faciles !

Il existe sur le marché plusieurs marques de serveur.  Les marques les plus renommées sont Dell, Lenovo (anciennement IBM) et HP.  Chaque compagnie possède plusieurs modèles de serveur avec plusieurs types de composantes vous permettant d’avoir l’équipement qui répondra à vos besoins.

Comment faire le bon choix parmi tous ces modèles ?

Cet article vous permettra de vous poser les vraies questions et ensuite faire un choix judicieux.  L’avis et des recommandations d’experts seront toujours nécessaires

Voici quelques questions à se poser pour être en mesure de bien choisir le serveur dont vous aurez besoin dans votre entreprise.

1-          Serveur tour ou rackmount

Il existe deux types de boitiers de serveur : Tour et rackmount.

Serveur tour

Le premier, qui est plus conventionnel, ressemble à un ordinateur traditionnel. C’est une tour comme un ordinateur de bureau.  Ce type de boitier est normalement plus gros qu’un poste de travail régulier.

Serveur Dell Tour

Normalement, il est plus encombrant que le deuxième type, serveur rackmount.  Par contre, il est moins dispendieux et il a besoin de moins d’accessoires que l’autre type.  Il suffit de le mettre sur un bureau et dans un emplacement sécurisé.

On voit ce type de serveur dans une petite entreprise.

Serveur rackmount

Le serveur lame ressemble à un serveur tour, mais sur le côté.  En réalité, c’est plus que cela. Le boitier est réellement conçu pour optimiser l’espace qu’il occupera dans votre salle de serveur.  Il est normalement installé dans un cabinet de type rackmount afin d’y recevoir plusieurs serveurs de ce type.

Serveur PowerEdge R730 Rack Server

Normalement, ce type de serveur est plus dispendieux. Il est souvent utilisé dans les plus grandes infrastructures informatiques nécessitant plus d’un serveur afin de maximiser l’espace.

Plusieurs autres avantages sont possibles dont :

  • Économie d’énergie
  • Meilleure ventilation
  • Réduction du bruit

2-     Processeur

Le processeur en informatique est l’équivalent du moteur sur une voiture.  C’est lui qui fait et coordonne les traitements.

Il est important de choisir des serveurs avec des processeurs Intel de type Xeon.  Ils sont plus performants qu’un processeur régulier que vous pouvez voir sur un poste de travail.  Il ne faut pas oublier qu’un serveur est destiné à servir plusieurs utilisateurs simultanément.

Il est possible d’avoir un ou plusieurs processeurs dans votre serveur.  Le calcul à effectuer afin de savoir si vous aurez besoin de 1 ou 2 processeurs est complexe, mais pour mieux vous aider à comprendre voici une petite charte :

Nombre utilisateur Serveur de fichier Serveur application Base de données Terminal Microsoft Exchange Nombre processeurs
-25 Oui Non Non Non Non 1
-25 Oui Oui Non Non Non 1
-25 Oui Oui Oui Oui Non 2
-25 Oui Oui Oui Oui Oui 2
+25 N/A 2 et +

Il peut y avoir des nuances, car les processeurs de nos jours sont très performants et il est possible d’avoir plusieurs cœurs sur un seul processeur.

interieur serveur dell poweredge r630

3-     Mémoire vive

La mémoire vive sur un serveur est une composante très importante et essentielle au bon fonctionnement de celui-ci.

Il est important d’en avoir le nombre nécessaire puisque votre serveur devra écrire sur vos disques durs afin de pouvoir continuer à effectuer des traitements et vous ressentirez des lenteurs significatives.

Voici une charte qui vous permettra, selon vos besoins, de faire le choix du bon nombre de mémoire :

Nombre utilisateur Serveur de fichier Serveur application Base de données Terminal Microsoft Exchange Mémoire (Go)
-25 Oui Non Non Non Non 16
-25 Oui Oui Non Non Non 32
-25 Oui Oui Oui Oui Non 64
-25 Oui Oui Oui Oui Oui 64
+25 N/A 96 et +

4-     Disque dur

Dans cette catégorie, nous ne parlerons pas de l’espace disque dont vous aurez besoin.  Ici, nous parlerons plutôt du type de disque dur que vous devez utiliser afin d’avoir un bon fonctionnement sur votre serveur. Par contre, il est important de bien évaluer l’espace nécessaire et prévoir l’évolution de vos besoins pour maximiser votre achat.

Dell poweredge R630

Il existe trois types qui sont utilisés pour les serveurs :

SATA : Serial ATA

SAS : Serial Attached SCSI

SSD : Solide state drive

Les disques durs de type SATA peuvent atteindre une vitesse maximale de 7200 tours minute.  Tandis que les disques de type SAS peuvent aller à une vitesse de 10 000 tours ou 15 000 tours.

Les disques durs de type SAS sont beaucoup plus performants et sont beaucoup plus dispendieux à l’achat.  La capacité (espace) est plus faible que les SATA.  Dans le SATA il est possible d’avoir des disques 4 TB tandis que le maximum dans le SAS est 1.2 TB.

Les disques SSD utilisent la mémoire flash pour stocker les données.  Comme il n’utilise pas des composantes physiques de rotation, ils sont normalement plus robustes, mais le coût est énormément plus dispendieux que les deux autres types de disques.  Il est d’ailleurs aussi plus performant que ces rivaux.  Ils sont normalement utilisés dans de grosses infrastructures où il y a une demande de performance.

Voici une charte pour mieux vous éclairer :

Nombre utilisateur Serveur de fichier Serveur application Base de données Terminal Microsoft Exchange Type
-25 Oui Non Non Non Non SATA
-25 Oui Oui Non Non Non SATA ou SAS
-25 Oui Oui Oui Oui Non SAS
-25 Oui Oui Oui Oui Oui SAS
+25 Oui ou non SAS
Virtualisation SAS

Il faut aussi prendre en note que plus vous aurez de disques durs qui seront utilisés sur une unité logique, plus vous aurez de la rapidité.  Exemple : 6 disques durs SATA en RAID 10 est plus rapide que 2 disques SAS 15 000 tours en RAID 1.

Il est important de choisir des disques durs de grade « serveur » afin d’avoir une meilleure performance.  Il est plus rare de voir des disques durs SAS pour une utilisation résidentielle, mais entre SATA et SSD, la différence de performance et de stabilité est majeure.

5-     RAID

Le RAID est un ensemble de techniques permettant de répartir des données sur plusieurs disques durs afin d’améliorer soit les performances, soit la sécurité ou la tolérance aux pannes de l’ensemble du ou des systèmes.

Plusieurs types de RAID sont disponibles.  Par contre, de nos jours, les plus souvent utilisés sont le RAID 1, RAID 5 et le RAID 10.

Le RAID 1 est un miroir entre deux disques durs.  Il est nécessaire d’avoir un minimum de deux disques.  Le deuxième disque est une copie miroir en temps réel du premier.  La capacité totale d’espace disque est :

  • Capacité d’un disque X (nombre de disques / 2). Exemple : vous avez 2 disques 2 TB.  2TB X 1 = 2TB en miroir.

Si le premier disque tombe en panne, l’autre prend la relève automatiquement.

Le RAID 10 est une combinaison entre le RAID 1 (miroir) et le RAID 0 (merge).  Le RAID 0 est un jumelage de plusieurs disques.  Exemple : 2 disques 2TB fait 4TB avec aucune relève.  C’est pour avoir un maximum de données sans relève.

Alors pour revenir au RAID 10, c’est le jumelage de plusieurs miroirs.  Il faut un minimum de 4 disques.  Exemple : 4 disques de 4TB.  On fait deux miroirs de 2TB et ensuite un jumelage pour avoir 4TB.

Le choix du RAID est en fonction de l’espace disque dont vous aurez besoin et aussi de la performance.  Comme le RAID 10 nécessite plus de disques durs, ce choix sera plus performant et plus rapide que les autres.

Si votre environnement est virtualisé, le choix du RAID10 est fortement conseillé.

Plusieurs contrôleurs RAID sont disponibles.  Il faut faire attention puisque celui par défaut est souvent moins cher, mais moins performant.  Il y a plusieurs caractéristiques à prendre en compte afin de faire le bon choix.  La mémoire « cash » (tampon) en est une très importante.  Plus vous aurez de mémoire, plus de données vous pourrez traiter simultanément.  Ce n’est pas tous les contrôleurs qui acceptent toutes les configurations de RAID possibles et le nombre de disques.

6-     Alimentation (Power supply)

En informatique, les deux éléments ayant tendance à se briser sont les disques durs et l’alimentation.

Power supply redondant

L’alimentation est appelée dans le terme informatique « Power Supply ».  Un power supply de remplacement pour serveur est disponible uniquement sur commande spéciale contrairement à un poste de travail.

Lors d’un bris, vous courrez le risque d’avoir une perte de disponibilité de votre serveur.  Une option possible est de faire l’achat d’une alimentation redondante sur votre serveur.  En cas de panne, le deuxième power supply prendra le relais sans coupure de service.  Même pour une petite entreprise et un petit besoin, cette option est nécessaire !

7-     Système d’exploitation

Cette  catégorie est très simple.  Nous vous conseillons de choisir le système d’exploitation le plus récent.  Présentement c’est Microsoft Windows 2012 R2 serveur.  Par contre, il est nécessaire de faire des validations avec vos fournisseurs de logiciel pour être certain que ceux-ci supporte le système désiré.

Il est important d’avoir une licence utilisateur pour chacun de vos usagers.  On appelle ce type de licence des « CAL ».  Alors si vous êtes 20 utilisateurs, cela vous prend une licence de Microsoft Windows 2012 serveur et 20 CAL.

Ne pas utiliser une licence Microsoft Windows 7, 8 ou 10 pour faire un serveur.

Conclusion

Voici une matrice qui résume cet article et qui vous permettra de mettre en lumière vos besoins :

Nombre utilisateur Serveur de fichier Serveur application Base de données Terminal Microsoft Exchange Composantes
-25 Oui Non Non Non Non 1 processeur, 16 gigs mémoire, SATA, RAID 1
-25 Oui Oui Non Non Non 1 processeur, 32 gigs mémoire, SATA, RAID 1 ou 10
-25 Oui Oui Oui Oui Non 2 processeurs, 64 gigs mémoire, SAS, RAID 10
-25 Oui Oui Oui Oui Oui 2 processeurs, 64 gigs mémoire, SAS, RAID 10
+25 Oui ou non 2 processeurs, 96 gigs mémoire, SAS 15k, RAID 10 et +

Si c’était si facile de faire le choix de son serveur, il n’existerait pas autant de firmes de consultation informatique au Québec.  Cet article avait comme objectif de vous rendre plus ouvert sur les choix qui vous sont offerts et d’être plus alerte pour prendre les bonnes décisions.

Il est important de faire les bons choix et de les faire valider par des experts en la matière.

Voici d’autres conseils à prendre en compte :

  • Un serveur n’est pas un poste de travail alors votre consultant doit être un expert en serveur.
  • La durée de vie d’un serveur est entre 3 et 5 ans comme tout autre matériel informatique.
  • Prévoir de l’expansion si vous ne voulez pas refaire un achat dans les prochaines années.
  • Choisir une marque connue comme Dell, Lenovo ou HP. Ne pas choisir un poste de travail.
  • Il est essentiel d’avoir un antivirus et une suite de protection sur chacun de vos serveurs.
  • Toujours avoir une batterie de secours en cas de panne de courant de type UPS.

Pour plus d’informations, les experts de Servlinks Communication sont disponibles pour vous conseiller.  Estimation gratuite!

Hugo Dubé

Président, Servlinks Communication

www.servlinks.com

Ubiquiti, la référence en sans-fil (wireless)

Ubiquiti, la référence en sans-fil (wireless)

Ubi… quoi ? Ubiquiti !

Logo Ubiquiti

Lorsque vient le temps de mettre en place des solutions informatiques sans-fil, plusieurs manufacturiers « haut-de-gamme » nous viennent en tête. Pensons simplement à Cisco, Meraki et Aruba. Mais ce sont des solutions très onéreuses et plus complexes à gérer, bien que très performantes.

D’autres manufacturiers comme D-Link, TP-Link et Netgear sont connus pour des prix très bas. Mais la qualité du produit suit le prix. Dans le cas de ces produits, on se retrouve avec des performances « résidentielles », c’est-à-dire très peu performante pour les entreprises.

Est-il possible de trouver des produits sans-fil performant, tout en payant un prix juste, et sans payer une fortune pour la gestion de la solution ?

C’est ici que nous vous présentons la compagnie Ubiquiti Networks.

Point d'accès Ubiquiti

Ubiquiti Networks est une compagnie américaine fondée en 2005 et son siège social est situé à San Jose, Californie. Ils se spécialisent dans la conception et la fabrication de produits informatiques de communication filaire et sans-fil.

Il suffit de visiter le site https://www.ubnt.com/products/#all/wireless pour se rendre compte de la grande quantité de produits disponibles.

Les gammes UniFi et AirMax est selon nous la gamme de produits la plus intéressante. Pourquoi ? Parce que la plupart des entreprises de toutes tailles vont y trouver leur compte, pour presque n’importe quels besoins en réseau sans-fil, que ce soit pour des points d’accès sans-fil ou pour un pont réseau (bridge) entre 2 bâtiments, par exemple. Ubiquiti offre également des produits dans le domaine de la téléphonie IP et des systèmes de surveillance par caméras IP.

UVC_Dome

Il est important ici de faire la différence entre un routeur, un mot souvent utilisé à tort pour simplement désigné la capacité d’un appareil à offre un signal sans-fil (wi-fi), et un point d’accès. Le premier est normalement unique dans un parc informatique, et c’est lui qui se connecte au modem de votre fournisseur Internet (Vidéotron, Bell, Telus) et qui rend Internet disponible à l’ensemble de votre parc informatique. Un routeur peut offrir un signal sans-fil ou non, mais ce n’est pas son rôle à la base. Un point d’accès sans-fil (wi-fi), comme le nom l’indique, n’est qu’un équipement qui permet à un appareil de se connecter au réseau de l’entreprise via un signal sansfil. Ce dernier peut être situé n’importe où dans l’entreprise, contrairement au routeur, qui se doit d’être connecté au modem du fournisseur Internet pour faire son travail.

Il est important de faire la différence entre les 2 concepts, car un routeur coûte plus cher qu’un point d’accès. Également, on voit souvent plusieurs routeurs en place dans certaines entreprises, tout simplement parce qu’un routeur a été installé pour jouer le rôle d’un point d’accès sans-fil. Le fait d’avoir plusieurs routeurs rend plus complexe et plus lourd le réseau d’une entreprise, qui se doit d’être simplifié au maximum.

Et la grande force des produits Ubiquiti, c’est justement le rapport qualité/simplicité/prix de leurs produits. Nous avons affaire à des produits abordables pour toutes entreprises, mais avec des fonctionnalités et des performances qu’on retrouve habituellement dans des produits plus haut de gammes et donc, plus onéreux. De plus, la console de gestion Ubiquiti est un exemple de convivialité et de prise en main facilitée.

Téléphone

Ubiquiti est un important partenaire technologique chez Servlinks Communication, et ce, depuis plusieurs années déjà.
Si vous désirez plus d’informations sur les produits Ubiquiti, nous vous invitons à communiquer avec notre équipe et il nous fera plaisir de vous aider à trouver le ou les produits les plus adaptés à vos besoins et à votre budget !

Pierre-Luc Beaulieu, Directeur de comptes

Servlinks Communication

http://www.servlinks.com